Introduction à la démarche « d’ateliers d’échanges ».

« Sans une immersion plus profonde dans la société […] nous n’accéderons jamais aux choses toutes simples qui peuvent nous empêcher de faire des erreurs idiotes »[1]. Cette remarque d’Howard Becker synthétise l’un des aspects de notre démarche de recherche. Nous sommes plusieurs jeunes chercheurs (en sociologie, en science politique et en histoire contemporaine) à avoir entrepris des « enquêtes de terrain » afin d’étudier des groupes sociaux qui se distinguent par une culture commune avec des modes de penser et d’actions spécifiques. C’est ce constat pragmatique qui nous a rassemblé afin d’élaborer un programme de séminaires qui a pour thème les subcultures.

Dans le cadre de ce « travail de terrain »,  nous sommes confrontés à des difficultés qui se sont dressées entre nous et certains acteurs. A travers ces ateliers, nous devons identifier ces difficultés, entreprendre une réflexion pour les dépasser ou les contourner et ainsi mener à bien nos travaux en sciences humaines et sociales. Il s’agit avant tout de difficultés  qui révèlent une sociabilité différenciée. Il devient alors primordial de déterminer un « langage commun » avec nos interlocuteurs. Ces séances de travail abordent les démarches anthropologiques qui facilitent la définition de ce « langage commun » et nul doute que les acteurs sont à même de conseiller les chercheurs sur les postures adéquates qui facilitent les rencontres et les discussions. Par ailleurs, sur le « terrain », nous pouvons ressentir le poids des préjugés et des amalgames qui sont parfois formulés lorsque l’on affirme mener une recherche académique. Dans une certaine mesure, nous devons démontrer notre empathie pour le sujet, le sérieux de la démarche et garantir l’anonymat des témoins potentiels. La marginalité, la transgression voire la subversion qui caractérisent certaines subcultures induisent la méfiance ou la défiance à l’égard de l’institution universitaire. Comment ces acteurs se représentent-ils l’Université ? Quels jugements portent-ils sur les travaux dont ils sont l’objet d’étude ? Pour nourrir la discussion, nous transmettons, avant chaque séminaire, des articles ou lectures qui permettent aux participants de se documenter sur le sujet traité, mais aussi d’élaborer des questionnements quant à l’appropriation de la parole des acteurs par les universitaires. Ainsi, nous souhaitons interroger le rapport entre ces mêmes acteurs et les productions scientifiques dont ils sont l’objet d’étude.

Afin de discuter cela, nous avons longuement réfléchi à la forme que nous pourrions donner à ce séminaire. Au-delà des considérations méthodologiques et éthiques, nous espèrons très sincèrement que cette formule d’ « ateliers d’échanges » va nous permettre de dépasser les « postures universitaires » habituelles. Les « intervenants acteurs » ne sont pas étudiants, jeunes chercheurs ou chercheurs, ils ne sont pas là pour nous présenter un exposé ou justifier leur engagement. Ils viennent discuter de leurs parcours, de leurs pratiques et de leur rapport à l’Université de façon tout à fait désintéressée. Les participants doivent garder cela en mémoire et faire preuve de bienveillance à leur égard.

Cette volonté assumée de bousculer nos habitudes de jeunes chercheurs, qui doit permettre de construire un climat propice à l’échange, nourrit une réflexion pertinente sur ce que l’on nomme communément la « distanciation ». Dans le cadre d’une recherche empirique, les émotions engendrées par la proximité « sur le terrain » se doivent d’être « mises à distance ». En effet, pour reprendre les termes de Didier Fassin, « la société demeure essentiellement appréhendée par le discours scientifique à travers un engagement des chercheurs, leur permettant mal de faire la part des choses entre leur position de sujet et leur position d’objet »[2]. Dans cette optique, l’élaboration de procédés méthodologiques, la réflexion épistémologique et les canons de la recherche universitaire permettent de définir un positionnement vis-à-vis de nos objets d’études et donc des acteurs. En revanche, le statut social valorisé du chercheur nous semble trop rarement évoqué. Les propos d’un acteur subculturel, qui répond aux questions d’un universitaire, s’avèrent policés par rapport aux discours appréhendés in vivo lors de discussions informelles. Il semble donc nécessaire, de questionner également cette position asymétrique du chercheur par rapport à ses interlocuteurs afin d’objectiver cet état de fait et de nourrir notre analyse critique des informations collectées.

 

[1] BECKER Howard, Les ficelles du métier : Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La découverte, collection Guides Repères, 2002, page 45.

 

[2] FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean-Pierre, OBBO Christine, TOURE Moriba (éditeurs), Vivre et penser le sida en Afrique, Paris, CODERSIA/KARTHALA/IRD, collection « Hommes et Sociétés », 1998, pages 41 à 66, page 42.

 

Mathieu Monoky.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *