Archives de catégorie : Non classé

Séance du 3 mars 2016. Genèse du hip-hop roubaisien ou comment faire l’histoire d’une (sub)culture.

Cette première séance sera consacrée aux débuts de la culture hip-hop dans la ville de Roubaix à partir du milieu des années 1980 jusqu’à la fin des années 1990. Il s’agira de tracer les lignes historiques de cette culture et de voir comment localement des acteurs variés s’en sont emparés et l’ont fait croître.
Pour ce faire, nous invitons deux acteurs qui ont contribué à jeter les bases d’une culture hip-hop, comme pratiquant et/ou organisateur. A la croisée des pratiques du tag, du rap et de la danse, nous nous questionnerons collectivement sur son émergence « roubaisienne ». Ainsi, après un retour sur leurs trajectoires respectives, nous nous intéresserons aux circulations locales des pratiques et savoirs, aux conditions d’émergence et aux interactions entre les différents protagonistes de cette culture dans ses premières années. Nous porterons également une attention toute particulière sur leur regard contemporain concernant la culture hip-hop et son évolution territoriale.

Jeudi 3 mars 2016 :
16h-18h : Salle de réunion IRHiS – Lille 3.
Inscriptions obligatoires : ateliersubcult@gmail.com
(sous réserve de places disponibles)

Janoé Vulbeau,
Vincent Becquet.

 

Introduction à la démarche « d’ateliers d’échanges ».

« Sans une immersion plus profonde dans la société […] nous n’accéderons jamais aux choses toutes simples qui peuvent nous empêcher de faire des erreurs idiotes »[1]. Cette remarque d’Howard Becker synthétise l’un des aspects de notre démarche de recherche. Nous sommes plusieurs jeunes chercheurs (en sociologie, en science politique et en histoire contemporaine) à avoir entrepris des « enquêtes de terrain » afin d’étudier des groupes sociaux qui se distinguent par une culture commune avec des modes de penser et d’actions spécifiques. C’est ce constat pragmatique qui nous a rassemblé afin d’élaborer un programme de séminaires qui a pour thème les subcultures.

Dans le cadre de ce « travail de terrain »,  nous sommes confrontés à des difficultés qui se sont dressées entre nous et certains acteurs. A travers ces ateliers, nous devons identifier ces difficultés, entreprendre une réflexion pour les dépasser ou les contourner et ainsi mener à bien nos travaux en sciences humaines et sociales. Il s’agit avant tout de difficultés  qui révèlent une sociabilité différenciée. Il devient alors primordial de déterminer un « langage commun » avec nos interlocuteurs. Ces séances de travail abordent les démarches anthropologiques qui facilitent la définition de ce « langage commun » et nul doute que les acteurs sont à même de conseiller les chercheurs sur les postures adéquates qui facilitent les rencontres et les discussions. Par ailleurs, sur le « terrain », nous pouvons ressentir le poids des préjugés et des amalgames qui sont parfois formulés lorsque l’on affirme mener une recherche académique. Dans une certaine mesure, nous devons démontrer notre empathie pour le sujet, le sérieux de la démarche et garantir l’anonymat des témoins potentiels. La marginalité, la transgression voire la subversion qui caractérisent certaines subcultures induisent la méfiance ou la défiance à l’égard de l’institution universitaire. Comment ces acteurs se représentent-ils l’Université ? Quels jugements portent-ils sur les travaux dont ils sont l’objet d’étude ? Pour nourrir la discussion, nous transmettons, avant chaque séminaire, des articles ou lectures qui permettent aux participants de se documenter sur le sujet traité, mais aussi d’élaborer des questionnements quant à l’appropriation de la parole des acteurs par les universitaires. Ainsi, nous souhaitons interroger le rapport entre ces mêmes acteurs et les productions scientifiques dont ils sont l’objet d’étude.

Afin de discuter cela, nous avons longuement réfléchi à la forme que nous pourrions donner à ce séminaire. Au-delà des considérations méthodologiques et éthiques, nous espèrons très sincèrement que cette formule d’ « ateliers d’échanges » va nous permettre de dépasser les « postures universitaires » habituelles. Les « intervenants acteurs » ne sont pas étudiants, jeunes chercheurs ou chercheurs, ils ne sont pas là pour nous présenter un exposé ou justifier leur engagement. Ils viennent discuter de leurs parcours, de leurs pratiques et de leur rapport à l’Université de façon tout à fait désintéressée. Les participants doivent garder cela en mémoire et faire preuve de bienveillance à leur égard.

Cette volonté assumée de bousculer nos habitudes de jeunes chercheurs, qui doit permettre de construire un climat propice à l’échange, nourrit une réflexion pertinente sur ce que l’on nomme communément la « distanciation ». Dans le cadre d’une recherche empirique, les émotions engendrées par la proximité « sur le terrain » se doivent d’être « mises à distance ». En effet, pour reprendre les termes de Didier Fassin, « la société demeure essentiellement appréhendée par le discours scientifique à travers un engagement des chercheurs, leur permettant mal de faire la part des choses entre leur position de sujet et leur position d’objet »[2]. Dans cette optique, l’élaboration de procédés méthodologiques, la réflexion épistémologique et les canons de la recherche universitaire permettent de définir un positionnement vis-à-vis de nos objets d’études et donc des acteurs. En revanche, le statut social valorisé du chercheur nous semble trop rarement évoqué. Les propos d’un acteur subculturel, qui répond aux questions d’un universitaire, s’avèrent policés par rapport aux discours appréhendés in vivo lors de discussions informelles. Il semble donc nécessaire, de questionner également cette position asymétrique du chercheur par rapport à ses interlocuteurs afin d’objectiver cet état de fait et de nourrir notre analyse critique des informations collectées.

 

[1] BECKER Howard, Les ficelles du métier : Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La découverte, collection Guides Repères, 2002, page 45.

 

[2] FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean-Pierre, OBBO Christine, TOURE Moriba (éditeurs), Vivre et penser le sida en Afrique, Paris, CODERSIA/KARTHALA/IRD, collection « Hommes et Sociétés », 1998, pages 41 à 66, page 42.

 

Mathieu Monoky.

Un carnet de recherche autour des subcultures

A travers ce carnet, nous communiquerons l’agenda des différents séminaire que nous organisons sur le thème : « Ateliers d’échanges : les subcultures en questions, la parole aux acteurs ». Nous envisageons également de publier des billets sur ce blog afin de rendre compte de nos séances et de l’avancée de nos travaux sur les subcultures. Cette démarche a été envisagée suite à ce constat pragmatique : nous sommes plusieurs jeunes chercheurs en sciences sociales confrontés à ce que la tradition anglo-saxonne nomme les « subcultures ». Nous entendons par là des groupes sociaux qui se distinguent par des modes spécifiques de penser, de se vêtir, de parler, d’agir et dont le tout, bien qu’opaque, « fait sens » pour leurs protagonistes. C’est à la perception et à l’interprétation de ce « sens » que sont consacrés ces ateliers.

Lors de chaque séance, la parole est donnée aux acteurs. Ils évoquent brièvement leurs parcours, les motivations qui les ont amenés à s’inscrire dans telle ou telle pratique, les raisons qui les conduisent à maintenir leurs activités, ou, au contraire, à mettre un terme à leur carrière. Nous questionnons ensuite les rapports que les acteurs entretiennent avec les productions scientifiques dont ils sont l’objet d’étude. Sur le terrain, nous pouvons ressentir le poids des préjugés vis-à-vis de l’institution universitaire. Des réticences sont parfois formulées lorsque l’on affirme mener une recherche doctorale (« J’suis pas un rat de laboratoire »). Dans une certaine mesure, les chercheurs doivent démontrer leur empathie pour le sujet, le sérieux de la démarche et l’intérêt de la recherche. La marginalité, la transgression voire la subversion qui caractérisent certaines subcultures induisent méfiance ou défiance à l’égard des institutions. L’université n’y échappe pas. Dès lors, comment ces acteurs se représentent-ils le monde académique ? Comment perçoivent-ils les travaux produits à leur endroit ? Y prêtent-ils seulement attention ? Quelles raisons avancent-ils pour expliquer leur coopération ou leur refus de collaboration à une enquête en sciences sociales ? Ce temps sera également consacré à la position du chercheur qui s’investit dans l’étude de groupes subculturels. Nous engagerons ensemble une réflexion épistémologique et méthodologique quant à la proximité et la mise à distance de nos objets d’études subculturels et aux modalités de pénétration de ces groupes. Nous questionnerons également le degré d’investissement des chercheurs dans les activités qu’ils entendent analyser. Comment gérer la proximité relationnelle avec les acteurs et les pratiques étudiées ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Qu’est-ce que « se mettre à distance » ? Entre exotisme ethnographique et réhabilitation militante, le champ des positionnements est très large. Les acteurs éclairent les chercheurs sur les postures les plus à même de favoriser la rencontre avec les pratiquants. Avant chacune de nos séances, une bibliographie succincte et un article sont transmis aux participants préalablement inscrits. Il s’agit ainsi de nourrir la discussion via ces propositions bibliographiques. Nous prêterons une attention particulière à la réception de ce texte par les participants (chercheurs et acteurs) et aux interprétations qui en sont faites. Quelles en sont les qualités ? Les défauts ? Comment les acteurs réagissent aux articles ? Quelles interprétations en sont faites par les chercheurs ? Quels retours peuvent y apporter les acteurs ?

Nous avons organisés trois ateliers en 2015. Les deux premiers ont été consacrés aux pratiques de graffiti « vandale ». La troisième séance nous a permis d’aborder les éventuelles interactions entre différentes subcultures. Nous organiserons d’autres séances durant l’année universitaire 2015-2016.