Position de thèse : Ultras et hooligans en France. Socio-histoire des supporters de football au tournant des XXe et XXIe siècles

Mathieu Monoky, Ultras et hooligans en France. Socio-histoire des supporters de football au tournant des XXe et XXIe siècles (sous la direction de Sylvie Aprile et Florence Tamagne), Université de Lille, 12 décembre 2019

Le jury :

Aprile Sylvie, Professeure des Universités, Université Paris Nanterre, directrice de thèse

Archambault Fabien, Maître de conférences, Université de Limoges, examinateur

Chovaux Olivier, Professeur des Universités, Université d’Artois, rapporteur

Rauch André, Professeur émérite des universités, Université de Strasbourg, examinateur

Rey Didier, Professeur des Universités, Université de Corse, rapporteur

Robène Luc, Professeur des Universités, Université de Bordeaux, examinateur

Tamagne Florence, Maîtresse de conférences, Université de Lille, co-directrice de thèse

En France, autour des clubs de football professionnel, certains supporters se revendiquent ultras et sont structurés en association. Ils mettent en place un soutien constant à l’équipe. L’un d’entre eux, dos au terrain, organise le soutien à l’équipe. Il lance des chants rythmés par des tambours et orchestre les animations réalisées avec des drapeaux, des banderoles et de la pyrotechnie. Ces groupes ont parfois recours à la violence face à d’autres supporters ; il s’agit d’un ultime recours en cas de contentieux. D’autres se revendiquent de l’influence anglaise, celle des groupes de hooligans apparus dès le début des années 1960 outre-Manche. Il s’agit de regroupements informels dont le soutien visuel et sonore dans les stades est plus restreint que celui des ultras. Ils recherchent la confrontation avec les supporters radicaux adverses ; l’usage de la violence physique est d’ailleurs central dans leur conception de la partisannerie footballistique. S’ils n’ont pas tout à fait les mêmes pratiques ; ultras et hooligans ont en commun des modalités de soutien exaltées voire violentes et ils se définissent comme les défenseurs d’un club.

Si la démarche centrale de ce travail consiste à objectiver le processus qui érige ces phénomènes supportéristes en un enjeu politique qu’il convient de réguler, de réprimer voire d’éradiquer, le corpus mobilisé a laissé entrevoir d’autres questionnements problématiques. Les sources disponibles permettent-elles de mettre en perspective la genèse de ces pratiques supportéristes ? Comment se sont élaborées les normes spécifiques revendiquées par les ultras et celles qui sont partagées par les hooligans ? Comment se diffusent-elles et se transmettent-elles ? Pourquoi ces groupes sont-ils essentiellement composés de jeunes hommes ? En quoi les modalités pratiques de leur partisannerie nous renseignent sur la construction des masculinités et sur l’élaboration de l’ordre du genre au sein de ces groupes ?

Bien entendu, avant de débuter ma démarche, j’avais pleinement conscience que les supporters radicaux avaient déjà fait l’objet de nombreux travaux en sciences humaines et sociales. En effet, dès les années 1970, le hooliganisme est étudié par des chercheurs britanniques. Je pense notamment aux travaux d’Éric Dunning, de John Williams et de Patrick Murphy qui, inspirés par les travaux de Norbert Elias, évoquent l’appartenance des « hooligans » à une frange marginale de la classe ouvrière qui n’autocontrôle pas ses émotions[1]. En France aussi ce sont essentiellement les sociologues qui se sont penchés sur la question. Depuis les travaux précurseurs de Jean-Louis Deshaies[2] et d’Alain Ehrenberg[3], de nombreux sociologues ont étudié les supporters. Dès le début des années 1990, Patrick Mignon étudie ce qu’il nomme « la société du samedi » et porte notamment un intérêt particulier à la dimension européenne du phénomène[4]. À la même période, Christian Bromberger engage une recherche transfrontalière qui aboutit à la parution de l’ouvrage Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin[5] en 1995. Toujours dans les années 1990 et au début des années 2000, le hooliganisme a fait l’objet de plusieurs publications du sociologue Dominique Bodin[6]. Sa démarche, centrée autour de la question des violences supportéristes, lui permet de questionner le fonctionnement des groupes, les rivalités et la régulation du phénomène.  Par ailleurs, Dominique Bodin a collaboré avec Stéphane Héas et Luc Robène pour la rédaction d’ouvrages et d’articles scientifiques qui traitent des violences supportéristes à l’échelle européenne dans une perspective socio-historique[7]. Pour sa part, Williams Nuytens choisit une autre échelle d’analyse et s’intéresse aux supporters de football dans le Nord de la France dans le cadre de sa thèse. En s’appuyant sur une méthodologie exemplaire, il montre bien que la confrontation physique est devenue un outil supplémentaire quant aux stratégies de distinctions des groupes. Outre la question des violences, il analyse les activités socialisatrices des sections de supporters[8]. C’est dans la continuité des travaux de Williams Nuytens et de la distinction qu’il opère entre les supporters autonomes et les supporters officiels que Nicolas Hourcade propose une typologie des différentes formes de supportérisme dès la fin des années 1990. Auteur de nombreux articles sur le phénomène ultra, ses travaux nous renseignent sur les pratiques de ces groupes, sur leur fonctionnement, leur ancrage politique[9] ou leur volonté d’être reconnu comme des acteurs du football[10]. Plus récemment, les travaux de Ludovic Lestrelin ont questionné la genèse du sentiment d’appartenance et ont bien éclairé les activités des « supporters à distance » de l’Olympique de Marseille[11]. Par ailleurs, la thèse et les articles de Bérangère Ginhoux, à travers la richesse descriptive des enquêtes de terrain et l’analyse qui en est faite, explicitent le fonctionnement des groupes de supporters ultras à travers l’exemple stéphanois[12]. Ses analyses relatives à l’ancrage urbain des ultras ou à l’engagement des supportrices se sont avérées particulièrement stimulantes. Mon travail s’appuie sur ces différents travaux et il ne s’agissait pas, pour moi, d’escamoter ces apports scientifiques. En revanche, il me semblait qu’une recherche historique permettrait d’étayer certains aspects et de discuter d’autres questionnements problématiques.

J’en étais d’autant plus persuadé que depuis les travaux pionniers d’Alfred Wahl[13], les recherches historiques interrogent pertinemment l’histoire de nos sociétés contemporaines au prisme du « ballon rond ». La qualité des travaux de Paul Dietschy[14] ou d’Olivier Chovaux[15] a permis de légitimer les études historiques sur le football et a favorisé l’émergence d’autres recherches. Je pense bien entendu au travail de Didier Rey à propos du football en Corse[16], aux recherches de Claude Boli[17], à l’étude menée par Marion Fontaine sur le RC Lens[18], aux travaux de Fabien Archambault sur le calcio[19] ou aux apports de Julien Sorez[20]. Dans ces différents ouvrages, les chercheurs livrent de précieux éléments d’analyse et de compréhension en ce qui concerne le supportérisme et ils posent les jalons méthodologiques afin d’en écrire l’histoire. D’ailleurs, en 2019, une équipe de chercheurs réunis autour de Philippe Tétart explore l’histoire du supportérisme en France de la Belle Époque aux années 1930[21]. En ce qui concerne l’histoire des supporters radicaux, si Sébastien Louis propose des études relatives aux ultras italiens depuis le milieu des années 2000[22], aucun historien ne s’était saisi de la question des ultras et des hooligans en France comme d’un objet d’étude pouvant aboutir, par exemple, à la rédaction d’une thèse de doctorat en histoire contemporaine. À mon avis, malgré la qualité des enquêtes sociologiques que j’ai déjà présentées, la démarche historienne permet de considérer l’objet dans la durée, de « contextualiser » l’apparition et d’expliciter le développement du phénomène en portant un intérêt particulier aux archives écrites qui ont pu être produites par les groupes de supporters radicaux.

Tout au long de ce travail, j’ai donc essayé de répondre aux questionnements problématiques précédemment évoqués en m’appuyant sur les acquis de la recherche scientifique et en mobilisant un corpus de sources endogènes. En effet, plus jeune, alors que je fréquentais les stades avec mon père et mes amis, j’avais pu constater l’appétence des supporters, notamment ultras, pour la narration de leurs activités partisanes. Alors que nous arrivions à proximité du stade, quelques supporters vendaient des fanzines comme on vendait les journaux, « à la criée ». Devant la tribune, une table de vente exposait les livres, les DVD, les photographies, les écharpes et autres accessoires. À la mi-temps, d’autres distribuaient la « feuille d’information des ultras » qui nous renseignait sur les prises de position de l’association vis-à-vis de la direction du club, sur les « déplacements à venir », sur les tournois organisés et qui, à la marge, commentée la situation sportive. Pour autant, si j’étais en mesure de considérer la richesse informative de ces documents, ils n’étaient pas en ma possession. Dès lors, dès les premiers mois de mon inscription en thèse, j’ai décidé d’entreprendre une « collecte de terrain ». Mon passé de supporter et le réseau dont je disposais m’ont permis de très vite entrer en contact avec différents groupes. Dès lors, je multipliais les déplacements et j’assistais à de nombreux matchs de football. De nombreux supporters ont accepté de me rencontrer, de répondre à mes questions voire de me prêter ou de m’offrir des fanzines et des ouvrages. D’autres se montraient plus suspicieux. Parfois, on confondait ma démarche avec celle d’un journaliste. Malgré ces difficultés, ma démarche a facilité l’accès à des sources inédites. Si cette collecte s’avère nécessairement lacunaire, j’ai pu rassembler une masse importante de sources endogènes : des fanzines, des livres autoédités et des feuilles d’informations. Aussi, le recours aux témoignages oraux semble s’imposer de lui-même pour traiter d’un tel sujet. Là-encore, ma « collecte de terrain » m’a permis de créer les relations de confiance nécessaires bien qu’il m’a semblé important de ne pas considérer ces entretiens en tant que « sources privilégiées ». Bien entendu, cette « collecte de terrain », la critique historienne de ces différentes sources et ma trajectoire biographique ont très vite posé la question de la « distanciation ». En effet, si Gérard Noiriel dans son ouvrage Penser avec penser contre souligne l’apport éventuel d’un processus de familiarisation avec l’objet que l’on aspire à étudier[23], il est possible que les affects affaiblissent l’esprit critique du chercheur. Ne pas garder à l’esprit ce risque peut aboutir, par exemple, à la construction d’un argumentaire visant à défendre une ou des causes. Pour le dire autrement, c’est la scientificité du propos qui est en jeu. En aucun cas, il n’a été question d’évincer la question de la « mise à distance » en occultant mon passé de supporter et mon engagement dans le cadre de cette « collecte de terrain ». Pour reprendre les termes de Norbert Elias, le simple fait de renoncer à la fonction de membre d’un groupe au profit de la fonction de chercheur n’est pas suffisant[24]. À cet égard, les éléments d’ego-histoire que je propose en introduction permettent de situer le propos, de consolider la rigueur scientifique de ce travail et d’envisager les implications de la démarche réflexive qui s’est affirmée comme un fil rouge tout au long de cette thèse. Si les sources endogènes permettent de mieux comprendre comment, dans une certaine mesure, la « déviance était devenue la norme » au sein des groupes de hooligans et d’ultras, j’ai également mobilisé des sources plus conventionnelles. Médiatiques d’abord afin d’analyser le processus de déplacement de la focale : du terrain vers les gradins. Policières et préfectorales ensuite, afin d’appréhender les modalités de maintien de l’ordre et de surveillance des supporters radicaux.

Dans la première partie de cette thèse, j’ai proposé un historique succinct de l’apparition des hooligans et des ultras en Grande-Bretagne et en Italie en m’appuyant notamment sur la littérature scientifique. J’ai pu contextualiser la genèse de ces phénomènes radicaux et la multiplication des violences déconnectées des faits de jeu en insistant notamment sur le processus d’autonomisation de la jeunesse alors en cours. Par ailleurs, en ce qui concerne l’Italie, dans la continuité des propositions de Fabien Archambault, j’ai mobilisé des sources endogènes afin de saisir l’avènement des ultras et la transformation progressive des pratiques partisanes au prisme des « années de plomb ». J’ai ensuite analysé l’émergence des supportérismes radicaux en France en tant que transfert culturel tout en considérant sa temporalité différente dans un contexte de mutation des processus de socialisations juvéniles. La presse donne à voir comment, avant l’avènement des supporters radicaux français, le monde du football a été confronté aux hooligans et aux ultras via la Coupe d’Europe. Aussi, les récits des engouements supportéristes étrangers dans la presse sportive et les focus proposés par la revue Onze – un mensuel consacré au football qui paraît à partir de 1976 – accroissent la visibilité de ces nouvelles modalités d’expression du sentiment d’appartenance. Par ailleurs, la littérature des ultras permet de considérer les multiples voies qui favorisent la circulation des normes et des pratiques. Les voyages supportéristes, en Italie, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Belgique ou en Allemagne, façonnent la spécificité des groupes qui se structurent alors. Enfin, sur le terrain, dans les fanzines et lors des entretiens oraux, j’avais pu entrevoir l’importance de Sup Mag’ ; une revue consacrée aux supporters et commercialisée à partir de 1992. Grâce au dépouillement des différents numéros de cette revue, j’ai pu montrer qu’elle a été un véritable catalyseur du développement et de l’essaimage des groupes d’ultras en France. En effet, si la France demeure au carrefour des influences supoportéristes européennes, certains se revendiquent « hooligans » et d’autres siders, c’est le phénomène ultra qui influence majoritairement les jeunes supporters radicaux. Cette prédominance du « mouvement ultra » dans l’hexagone s’explique, d’une part, via la dimension spectaculaire de ce modèle et, d’autres part, via la difficulté progressive à assumer le substantif « hooligans » et les pratiques qu’il sous-tend tant le modèle des firms est assimilé à la violence gratuite et criminelle.

Dans une seconde partie, intitulée : L’autre compétition, le supportérisme ultra en France, j’ai tout d’abord considéré les données socio-historiques et évoqué succinctement l’importance de l’habitus et de la pluralité des expériences socialisatrices. J’ai également mobilisé, tout au long de ces chapitres, la notion de subculture afin de mettre en exergue les pratiques culturelles des ultras. À cet égard, leurs mises en récit donnent à voir comment celles-ci s’élaborent, se discutent et évoluent. Il s’agissait également de saisir les liens d’interdépendance que tissent les ultras avec d’autres acteurs – les supporters, les joueurs, les dirigeants, les arbitres – et leur éventuel rôle de contre-pouvoir sportif. En outre, j’ai également étudié les processus de distinction et d’affrontements symboliques. Leurs usages des mémoires collectives – sportives et locales – et la structuration progressive de la mémoire du groupe façonnent des petites-patries sportives distinctes. Dans une optique concurrentielle, s’il convient d’invectiver la petite-patrie des ultras adverses, d’offenser l’espace urbain qu’ils structurent voire de stigmatiser leur ancrage politique, réel ou supposé, c’est aussi par le biais d’une rhétorique sexiste et homophobe qu’ils assoient les antagonismes. Grâce aux chants ou aux banderoles, ils aspirent à inférioriser les adversaires, les féminisent en usant des caractéristiques stéréotypées de la féminité ou leur assignent une homosexualité qu’ils supposent avilissante. Ces rivalités engendrent aussi un éventuel passage à l’acte violent. Dans un chapitre consacré à ces affrontements, je montre la porosité qui existe entre les subcultures hooligans et ultras malgré des rapports distincts à l’usage de la violence physique. En outre, le processus d’invention des rivalités, la logique de vengeance immanente à ces subcultures et les modalités d’affrontements ont été explicités grâce à une analyse critique des sources endogènes. J’ai par ailleurs souligné à propos de l’idéaltype de virilité des ultras qu’il se référait, pour parti, aux points cardinaux d’une « virilité ouvrière » en déliquescence. Il faudrait certainement approfondir ces analyses en considérant les jalons très récemment posés par Marion Fontaine et Xavier Vigna à propos des évolutions de la construction des masculinités populaires dans un contexte de désindustrialisation[25].

Pour en revenir à la violence physique en tant que ressource mobilisée par les supporters radicaux, j’ai montré dans la dernière partie que la médiatisation dont elle fait l’objet engendre une certaine « boulimie législative », pour reprendre l’expression de Guy Carcassone[26]. La lutte contre les violences supportéristes est conditionnée par la médiatisation de certains incidents et entraîne un renforcement des dispositifs législatifs spécifiques. La mort de Julien Quemener en 2006 est un exemple probant qui permet de bien saisir la corrélation entre la médiatisation et la répression. Confrontés à ces dispositifs sécuritaires, les ultras répondent collectivement et se sont peu à peu rassemblés, au-delà des clivages partisans, au sein d’une Association Nationale.

Ce travail de thèse laisse nécessairement derrière lui plusieurs perspectives de recherche. Ainsi, une démarche empirique centrée sur les processus de socialisation des supporters radicaux permettrait d’analyser beaucoup plus finement les effets sur la construction sociale du genre. D’autre part, prenant pour exemple les mises en perspectives régionales de l’histoire du football[27] et les récents travaux dirigés par Philippe Tétart sur les supporters de la Belle Époque aux années 1930[28], des travaux micro-historiques, centrées autour de telle ou telle localité, viendraient nuancer et préciser les connaissances relatives aux évolutions culturelles et sociales des supportérismes radicaux en France. Enfin, comme je le mentionne dans la conclusion de cette thèse, une démarche scientifique à l’échelle nationale voire européenne, de repérage et de collecte des productions supportéristes, faciliterait sans aucun doute le travail des chercheurs et permettrait de fructueuses collaborations interdisciplinaires.

Mathieu Monoky

[1] DUNNING Éric et al., The Roots of Football Hooliganism, Londres, Routledge, 1988.

[2] DESHAIES Jean-Louis, Football, spectacle et violence, Paris, Chiron, 1987.

[3] EHRENBERG Alain, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

[4] MIGNON Patrick, La passion du football, Paris Odile Jacob, 1998.

[5] BROMBERGER Christian, Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 1995.

[6] BODIN Dominique, Hooliganisme vérités et mensonges, Paris, ESF éditeur, 1999 ; BODIN Dominique, « Le hooliganisme : 40 ans de construction sociale de l’objet », Actes du colloque d’histoire du sport, 27/29 octobre 1998, L’Harmattan, 1999 ; BODIN Dominique, Le hooliganisme, Paris, PUF, 2003.

[7] On citera notamment : BODIN Dominique, ROBÈNE Luc, HÉAS Stéphane, « Le hooliganisme entre genèse et modernité », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, volume 85, numéro 1, 2005, pages 61 à 83 et BODIN Dominique, ROBÈNE Luc, HÉAS Stéphane, « Racisme, xénophobie et idéologies politiques dans les stades de football », Raisons politiques, volume 29, numéro 1, 2008, pages 147 à 167.

[8] NUYTENS Williams, La popularité du football. Sociologie des supporters à Lens et à Lille, Arras, Artois Presses Université, 2004.

[9] HOURCADE Nicolas, « L’engagement politique des supporters « ultras » français. Retour sur des idées reçues », Politix, volume 50, numéro 2, 2000, pages 107 à 125.

[10] HOURCADE Nicolas, « La place des supporters dans le monde du football », Revue française d’études constitutionnelles et politiques, numéro 101, 2002, pages 75 à 87.

[11] LESTRELIN Ludovic, L’autre public des matchs de football. Sociologie des « supporters à distance » de l’Olympique de Marseille, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010.

[12] GINHOUX Bérangère, Saint-Etienne, une ville de football : “le monde social des ultras”, l’imaginaire collectif des supporters de l’ASSE, thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Michel Rautenberg, Saint-Etienne, Université de Saint-Etienne, 2013.

[13] WAHL Alfred, Les archives du football. Sport et société en France (1880-1980), Paris, Gallimard, 1989.

[14] DIETSCHY Paul, Football et société à Turin : 1920-1960, Thèse de doctorat, sous la direction de Gilbert Garrier, Lyon, Université de Lyon 2, 1997 ; DIETSCHY Paul, Histoire du football, Perrin, Paris, 2010.

[15] CHOVAUX Olivier, Un demi-siècle de football dans le département du Pas-de-Calais : pratiques sportives, réalités sociales, ciment culturel (fin XIXe-1940), Thèse de doctorat en Histoire, sous la direction d’Alain Lottin, soutenue en 1999, Arras, 1999.

[16] REY Didier, La Corse et son football 1905-2000, Ajaccio, Albiana, 2003.

[17] BOLI Claude, Le champ du football professionnel en Angleterre : le cas de Manchester United, Thèse de doctorat en Histoire, sous la direction de Jean-Michel Faure et Pierre Lanfranchi, Nantes, Université de Nantes, 2003.

[18] FONTAINE Marion, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires », Paris, Les Indes savantes, 2008.

[19] ARCHAMBAULT Fabien, Le contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, Rome, École Française de Rome, 2012.

[20] SOREZ Julien, Le football dans Paris et ses banlieues. Un sport devenu spectacle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

[21] TÉTART Philippe (dir.), Côté tribunes. Les supporters en France de la Belle Époque aux années 1930, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019.

[22] LOUIS Sébastien, Ultras. Les autres protagonistes du football, Paris, Éditions mare & martin, 2017.

[23] NOIRIEL Gérard, Penser avec, penser contre. Itinéraire d’un historien, Paris, Belin, 2003, pages 153 et 154.

[24] ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Contribution à une sociologie de la connaissance, Paris, Fayard, 1993, page 29.

[25] FONTAINE Marion, VIGNA Xavier, « La désindustrialisation, une histoire en cours », 20 & 21 Revue d’histoire, numéro 144, octobre-décembre 2019, pages 3 à 17.

[26] CARCASSONNE Guy, « Penser la loi », Pouvoirs, volume 114, numéro 3, 2005, pages 39 à 52

[27] CHOVAUX Olivier, Un demi-siècle de football dans le département du Pas-de-Calais…, op cit. ; FONTAINE Marion, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires », op. cit. ; SOREZ Julien, Le football dans Paris et ses banlieues…, op. cit. ; REY Didier, La Corse et son football 1905-2000, op. cit. 

[28] TÉTART Philippe (dir.), Côté tribunes…, op. cit.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.